Chargement...
 

Collaborateurs R-D et transfert

technologiquelogo CRTL


 

L’Association de l’industrie de la langue (AILIA) couvre trois secteurs représentatifs de ses intervenants : la traduction, l’enseignement des langues et les technologies langagières. L’AILIA est composée de membres qui partagent la passion des langues.

Sa mission est de faire la promotion de l’industrie canadienne de la langue et d’en accroitre la compétitivité tant sur le marché national que sur les marchés étrangers en jouant activement son rôle de porte-parole, en assurant le partage d’information et en soutenant le développement de mécanismes d’accréditation.

Dans le but de favoriser l’essor de l’industrie canadienne de la langue sur les scènes nationale et internationale, l’AILIA est très fière de communiquer les nouvelles et réussites les plus récentes de ses membres.

Ensemble, le CRTL et l’AILIA s’efforcent de faire ressortir la valeur importante de l’industrie canadienne de la langue.
   

 

 

CNRC-NRC

 

 

Le Conseil national de recherches Canada (CNRC) contribue à la recherche-développement (R-D) dans le domaine des technologies langagières par l’intermédiaire des travaux de deux groupes de R-D : le groupe « Information interactive » et le groupe « Technologies langagières interactives ». Ce dernier a été créé en 2003 grâce à un financement du Plan d’action pour les langues officielles (2003-2008) et poursuit ses travaux dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne (2008-2013).
Les travaux de R-D du CNRC pertinents au CRTL se focalisent sur les domaines suivants :
  • la traduction automatique statistique;
  • la terminologie computationnelle;
  • le traitement automatisé de grandes collections de documents;
  • l’exploration de nouveaux outils d’aide à la traduction;
  • le traitement informatique de l’inuktitut.

Dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne, le CNRC développe de nouvelles technologies de l’information contribuant à la croissance et à la compétitivité mondiales de l’industrie canadienne de la langue et à l’amélioration de la productivité des services langagiers. Le CNRC accomplit ceci en participant à l’avancement des connaissances ainsi qu'au transfert de connaissances et de technologies.

   
Le Centre de recherche informatique de Montréal (CRIM) est un centre de recherche appliquée en technologies de l'information qui développe et transfère des technologies et des connaissances pour valoriser les produits et services des entreprises et organismes et contribuer à leur commercialisation. L’expertise et les connaissances du CRIM (reconnaissance automatique de la parole) sont complémentaires à celles du CNRC (traitement du langage dans les textes). Le CRIM travaille avec plusieurs chercheurs et entreprises en technologies langagières. Le CRTL  est membre du CRIM
   

La mission de Lead to Win est de stimuler l’activité entrepreneuriale dans toutes les communautés canadiennes afin de susciter une croissance économique conduite en grande partie par les entreprises. Les entreprises affiliées à Lead to Win et le CRTL partagent la volonté d’axer leur travail sur un réseau d’échanges pancanadien, et de niveau international lorsque possible, à l’aide de technologies ouvertes. Le CRTL s’associe aussi à Lead to Win pour satisfaire les besoins des entreprises en services langagiers multilingues.
   

Le laboratoire de Recherche appliquée en linguistique informatique (RALI) réunit des informaticiens et des linguistes d'expérience dans le traitement automatique de la langue. Il s’agit d’un important laboratoire universitaire dans le domaine au Canada. Le CRTL et le RALI de l’Université de Montréal partagent la même vision sur diverses questions importantes dans le domaine du traitement automatique de la langue. Le CRTL a développé, conjointement avec le RALI et le CNRC, un projet de détecteur automatique d’erreurs de traduction (TransCheck).
   

Les diplômés et diplômées de l'Université Concordia suivent des études supérieures en traduction, en terminologie, en droit, en didactique des langues, en littérature ou en administration. Aussi ancienne que la littérature, la traduction pose, depuis toujours, la question de l'interprétation de la pensée humaine. Comment traduire l'essence d'un texte dans lequel s'entrelacent des questions de culture, de perceptions, de politique et de représentations? Comment rendre ce texte présent, vivant, réel dans une culture qui n'est pas celle de son origine? Voilà certains des défis fondamentaux et passionnants auxquels doivent faire face traduction et traductologie (qui est l'étude théorique de la traduction). Le CLaC lab axe ses recherches sur tous les aspects du traitement des langues naturelles (TLN) : depuis la recherche théorique (phénomènes linguistiques comme la coréférence) jusqu’aux applications pratiques (résumeurs automatiques).
   

L’Université d’Ottawa (U d'O), située au cœur de la capitale nationale, jouit d’une longue tradition en enseignement de la traduction. En 1936, elle a été la toute première université canadienne à dispenser des cours en traduction professionnelle. L’École de traduction et d’interprétation (ÉTI) a été fondée en 1971. L’École offre une gamme de programmes permettant aux étudiants et étudiantes de tirer parti des possibilités multiples du marché du travail : deux programmes de baccalauréat, trois programmes de maitrise et un programme de doctorat (en traductologie). La collaboration entre le CRTL et l’U d'O s’établit entre autres autour de la Collection électronique de ressources en technologies de la traduction (CERTT). L’U d’O et le CRTL partagent en effet le souci d’aider les professionnels langagiers dans leurs activités professionnelles, et leur collaboration contribuera à la réalisation de cet objectif.
   

À l'ère des communications, du réseautage mondial, d'Internet et du numérique, avec les récentes avancées en recherche sur le cerveau et la connaissance, plus que jamais, le langage occupe une place prépondérante dans notre société et dans les sciences modernes. La linguistique et la traduction sont des outils privilégiés pour comprendre et maitriser tout ce qui touche la langue. L’Université de Montréal (UDM) forme, par l’entremise de ses programmes, des professionnels et des chercheurs qui sauront relever les défis passionnants que présentent ces réalités nouvelles.
   

Plusieurs professeurs de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) poursuivent des activités de recherche en association avec le CRTL ou dans des domaines connexes. Pour l’UQO, le CRTL permet de regrouper les compétences sur le campus et d’offrir une porte d’entrée privilégiée à ses clients. L’industrie bénéficie ainsi d'un accès efficace à l’ensemble des compétences des différents partenaires, mais surtout à une synergie entre ces différentes compétences, par exemple en études langagières et en informatique. Le CRTL agit comme intégrateur des compétences. L'UQO collabore avec le CRTL dans le transfert des connaissances et des technologies vers l’industrie et les utilisateurs. Le CRTL constitue un tremplin pour le développement d’applications issues des connaissances et des technologies développées par l’Université.